Accueil

  L'ASSOCIATION
   Ses buts et ses moyens
   Le Conseil d'Administration
   Le Conseil Scientifique
   Les statuts
   Assemblée Générale
   Adhérez !

  LE SYNDROME HNPCC
   Qu'est ce que c'est ?
   Articles parus
   Les liens
  Télécharger la brochure
       Vivre avec le syndrome
  Decargar el folleto
  Hereditary Nonpolyposis
        Colorectal Cancer
        Lynch Syndrome
  NOUS CONTACTER
   Une question ?
   Contact mail
  NEWSLETTER
   Vous inscrire

 
Le dépistage des polypes dans le syndrome HNPCC
Dr Alex Pariente unité d'hépatogastroentérologie, Centre Hospitalier, 64046 Pau Cedex

Les polypes sont des excroissances à la surface de muqueuses. Dans le côlon ce peuvent être schématiquement de vraies tumeurs glandulaires bénignes (adénomes) ou de simples plages de muqueuse anormalement épaisse (polypes hyperplasiques). Seuls les premiers, les adénomes, sont susceptibles d'évoluer vers un cancer en passant par des stades successifs de dysplasie précédant la survenue d'un adénocarcinome (cancer glandulaire) d'abord superficiel, puis éventuellement invasif dans la paroi.

L'existence de la lésion précancéreuse, l'adénome, et son temps assez long de développement éventuel vers le cancer donne la possibilité d'agir préventivement en dépistant les adénomes, et en les retirant. On peut utiliser des pinces à biopsie quand ils sont petits, des anses (" lasso ") quand ils ont un pied qu'on peut enserrer. Quand ils sont trop plats, on peut injecter du sérum sous le polype pour créer un faux pied, et l'attraper ensuite avec une anse (" mucosectomie ").

Les adénomes du syndrome HNPCC sont un peu différents des adénomes rencontrés dans la population générale : ils sont plus souvent situés dans le côlon droit, sont souvent petits, et plus souvent déjà en dysplasie de haut grade (cancer très superficiel encore limité à l'épithélium de surface) quand ils sont petits (= 5 mm) ; enfin ils peuvent être nombreux, et " pousser " plus rapidement que dans la population générale.

La surveillance coloscopique est efficace dans le syndrome HNPCC, réduisant d'environ 60% le risque de cancer du côlon, et de 100 % la mortalité par cancer du côlon, dans deux études menées en Finlande et en Hollande, à condition que l'intervalle entre les coloscopies ne soit pas supérieur à 2 ans.
La surveillance coloscopique est donc efficace mais imparfaite, et il persiste des " cancers d'intervalle " apparaissant dans les 2 ans suivant une coloscopie considérée comme normale (le risque est d'environ 10% après 10 ans) ; ce risque peut être expliqué d'une part par les caractéristiques des polypes du syndrome HNPCC, et d'autre part par les imperfections de la coloscopie. La coloscopie peut être en défaut, soit parce que la préparation est insuffisante (adaptée à chaque patient, elle doit permettre d'obtenir un côlon absolument propre), soit parce que l'endoscopie elle-même est imparfaite. Il a été établi en effet (en réalisant 2 examens successifs chez le même malade) que la coloscopie rate environ 20% des polypes, d'autant plus qu'ils sont plus petits. On a également montré que le taux de détection des polypes est d'autant plus élevé que l'endoscopiste examine le côlon lentement : 2 études récentes ont montré que lorsque le temps moyen d'un endoscopiste pour réaliser l'examen de retour (du caecum à l'anus) d'une coloscopie qu'il juge normale est inférieur à 7 minutes, il a deux fois moins de chances de détecter des polypes que l'endoscopiste mettant en moyenne 12 minutes pour faire le même chemin.
Il a été bien établi que l'utilisation d'un colorant, l'indigocarmin, pulvérisé sur la surface colique (qui ne nécessite pas d' endoscope particulier), améliorait la détection des polypes dans le syndrome HNPCC, et notamment des polypes plans, les plus difficiles à détecter.
D'autres techniques utilisant des endoscopes particuliers (modification de l'éclairage, traitement de l'image, grossissement) ont sans doute des performances comparables.
Ces techniques augmentent bien entendu la durée de l' examen.

En conclusion, pour améliorer encore les résultats du dépistage des polypes dans le syndrome HNPCC, il faut de bons gastroentérologues, qui prennent leur temps, ont un bon matériel, utilisent des colorants, mais aussi de bons malades, qui respectent
l'intervalle maximal de 2 ans entre deux examens, et s'appliquent à une excellente préparation.

Comme souvent, il faut être deux pour obtenir de grandes satisfactions !

Dr Alex Pariente - Toulouse - Octobre 2008
Cliquez ici pour la version imprimable
 
 
Association HNPCC France - 56 Avenue Bosquet - 75007 Paris - Tél / Fax 01 47 53 80 26       Nous contacter